Conférence Membres : L'hydrogène et son écosystème, énergie du futur ? French

  • 26 septembre 2018
  • CCFA, Paris
  • Réservé aux membres

Retour sur la conférence

 

>

 

 

Les véhicules électriques à pile à combustible sont complémentaires de ceux à batterie, mais plusieurs challenges techniques et économiques restent toutefois à relever au niveau des systèmes embarqués et de l’infrastructure.

 

Conférenciers :

Mehdi FERHAN – Directeur Advanced Technologies Investment - Plastic Omnium

Christian MAUGY – Spécialiste Pile à Combustible – Groupe PSA

 

 

Les véhicules à pile à combustible (FCEV) fonctionnant à l’hydrogène se présentent comme un complément aux véhicules électriques en proposant un plus grand stockage d’énergie afin d’augmenter la masse transportée et/ou l’autonomie. L’étude d’Hydrogen Council indique qu’en 2050 l’hydrogène pourra réduire annuellement les rejets de CO2 de 6 gigatonnes dont plus de la moitié émanera du secteur du transport.

 

Un FCEV dispose d’un réservoir à hydrogène sous 700 bars, d’une pile à combustible (PAC) dotée de membranes convertissant le gaz et l’oxygène en électricité, d’une batterie et d’un moteur électrique. Seule de l’eau est rejetée à l’échappement. Afin de limiter le surpoids, le réservoir est en composite. Mehdi Ferhan précise : « Son industrialisation demande un procédé répétable, fiable et rapide pour en réduire le coût. » La tête de bouteille est également un élément critique car elle doit assurer l’alimentation en basse pression.

 

Plusieurs configurations sont possibles, de la PAC faible puissance en tant que prolongateur d’autonomie à celle capable d’alimenter directement le moteur du véhicule et pouvant générer une autonomie de 500 à 600 km avec un stockage de 5 kg d’hydrogène.

 

Quelques produits Toyota, Honda et Hyundai sont proposés sur le marché, et Daimler viendra d’ajouter prochainement à l’offre. Ils répondent à la préoccupation des acheteurs sensibles au temps de charge et à l’autonomie.

 

Une étude récente du BIPE montre que les ventes de FCEV commenceraient à décoller à partir de 2030 et que, dans un scénario d’un prix à la pompe de 4 €/kg, les ventes de FCEV atteindraient 1,8 % du marché mondial en 2035, ce chiffre descendant à 0,3 % pour un tarif à 7 €/kg. Entre cette étude et celle plus optimiste d’Hydrogen Council, la flotte mondiale de FCEV pourrait atteindre 11.5 millions de véhicules en 2035, principalement des taxis, bus et utilitaires légers.

 

La solution de l’hydrogène n’a d’intérêt que s’il peut être produit sans émissions de CO2. Il est aujourd’hui fabriqué à partir de méthane et ce process émet 10 kg de CO2 pour 1 kg d’hydrogène. Christian Maugy présente l’évolution de cette production : « Le procédé à base de méthane perdurera s’il est combiné à un système de séquestration de CO2. L’hydrogène pourra aussi être produit par électrolyse de l’eau avec une électricité d’origine renouvelable. » Sur une mesure du puits à la roue, les émissions de CO2 en France peuvent ainsi varier de 23 à 125 g/km selon les technologies de production d’hydrogène.

 

Le consortium Mobilité Hydrogène France propose un plan de déploiement des infrastructures de recharge par cluster régionaux afin de limiter les risques. 100 stations sont prévues dans le pays en 2023 alors que l’Allemagne en prévoit 400 cette même année.

 

Le succès de cette filière dépend autant de la politique énergétique qui doit rassembler tous les acteurs que des développements visant à réduire les coûts de cette technologie.

 

 

Télécharger la présentation

Présentation

 

L’électromobilité apparait comme la réponse permettant d’engager la décarbonation des transports. Elle est au cœur d’enjeux environnementaux, économiques et sociétaux. 

Quand on parle d’électrification des transports de quoi parle-t-on ? Tout d’abord de véhicules hybrides (mild, full, plug-in) associant un moteur à combustion interne et une batterie et ensuite de véhicules électriques. Dans un véhicule électrique, le stockage de l’énergie peut soit se réaliser au sein exclusivement d’une batterie (VE actuellement déployés), soit en combinaison avec une pile à combustible alimentée en hydrogène (premiers véhicules sur nos routes depuis 2014).

Au même titre et en complémentarité du traditionnel VE à batteries, le véhicule pile à combustible (FCV) doit trouver sa place dans l’électromobilité. En particulier les véhicules devant disposer d’une grande autonomie, d’un fort taux de disponibilité, ou d’une plus grande utilisation d’énergie, sont de très bons candidats à la mobilité hydrogène.

Des challenges économiques et techniques sont toutefois à relever au niveau des sous-systèmes embarqués (stockage d’hydrogène, système pile à combustible…) mais également au niveau de la production et de la fourniture de l’hydrogène.

Au cours de cette conférence, les spécialistes de Plastic Omnium et de PSA  ont partagé leur vision des grands enjeux technologiques de la mobilité hydrogène.

ConférencieRS

Mehdi FERHAN – Directeur Advanced Technologies Investment - Plastic Omnium
Christian MAUGY -  Spécialiste Pile à Combustible – Groupe PSA

DEROULEMENT DE LA SEANCE

La conférence a démarré à 18 h30 (accueil à partir de 18 h 00).

 A l'issue de celle-ci, les participants ont pu échanger avec les intervenants et prolonger le débat autour d'un verre de l'amitié jusqu'à 20h30.

Lieu & Accès

 

Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA)

2 Rue de Presbourg - 75008 PARIS

Amphithéâtre

 

  • Picto_RER_LigneACharles de Gaulle Etoile
  • ParkingParking  Marceau à proximité